🏦 CONSEIL MUNICIPAL

J’ai tenu, lors du Conseil Municipal de la ville de Metz, Ă  manifester mon soutien total au projet de mise Ă  disposition par bail emphytĂ©otique des immeubles place de la ComĂ©die. En tant qu’Ă©lu de la Ville de Metz, mais Ă©galement en tant que DĂ©putĂ© de la circonscription dont cette magnifique place relève

🖊 Voici donc, telle quelle, mon intervention :

“Permettez au DĂ©putĂ© de la circonscription d’exprimer son avis sur ce projet.

Il sera, en premier lieu, un encouragement.
Comme je peux l’exprimer à tous les maires de ma circonscription, à tous les investisseurs aussi, dès lors qu’un bon projet économique émerge.
La dynamique hôtelière est bonne à Metz. Elle est la résultante de la politique que nous avons mené, notamment en matière de développement économique.
Le segment du haut de gamme présente encore une insuffisance quantitative, bientôt comblé à la fois par l’hôtel Starck, dans le quartier de l’Amphithéâtre, et par ce projet de “Relais & Châteaux” en Coeur de ville.
Plus de 7 millions d’euros d’investissement sur la table. Des retombées économique immédiates, dans le secteur du bâtiment et des travaux publics. Des retombées économiques ultérieures, dans le secteur du tourisme et des affaires.

Cessons de s’auto-flageller et félicitons-nous de ce dynamisme retrouvé !

Il sera, en second lieu, un constat.
La ville de Metz possède un patrimoine étendu, parfois prestigieux, souvent qualitatif. Elle l’a géré en « père de famille » sans grand moyen. Il est temps d’en faire un véritable levier au service du rayonnement de notre ville. Je préfèrerais toujours un projet ambitieux, qui amène de la vie, qui amène des affaires, qui contribue à la valorisation, plutôt que des locaux vides ou sans usage ; toujours coûteux, jamais rentables.

Il sera enfin, en dernier lieu, un dépit.
Celui d’une assemblée où l’on passe notre temps à pérorer, à nous égarer dans des considérations pas seulement politiciennes, mais veules. Le soupçon y tient lieu de stratégie. Le « coup d’après » est systématiquement joué par les « carpes et les lapins », qui savent s’unir lorsqu’il s’agit de gagner des points, en faisant perdre Metz et les Messins.
Qui peut croire ici, pour de vrai, que Dominique GROS aurait pour boussole des intérêts d’affaires?
Qui sait ici, qu’André Heintz, dont on connaît ici l’engagement en faveur de la solidarité, a été l’un des tous premiers mécènes d’Athlélor, le 9ème meeting d’athlétisme au monde, depuis son démarrage ?
Enfin, qui peut remettre en cause le professionnalisme de son groupe, qui serait compétent pour construire et gérer des hôtels partout, sauf à Metz ?

Mes chers collègues. Soyons sérieux. Soyons cohérents.
Nous tenons, enfin, un vrai projet pour la place de la Comédie.
Sachons le saisir.
Sachons le mener Ă  son terme. ”