Suite à ma visite de l’antenne de Talange de la Mission locale du Pays Messin, j’ai tenu à interpeller la ministre du travail Elisabeth Borne sur les difficultés que m’ont remonté les équipes au sujet de la mise en place de la Garantie Jeunes, dispositif qui permet d’accompagner les jeunes entre 16 et 25 ans en situation de grande précarité vers l’emploi ou la formation.

Aujourd’hui, une personne souhaitant bénéficier de la Garantie Jeunes a deux mois pour s’affranchir du foyer fiscal de ses parents. Cela représente un réel frein alors même que ce dispositif est limité à 12 mois et qu’il ne porte pas les mêmes garanties pour l’avenir qu’un engagement professionnel.

Je me réjouis qu’un décret en date du 26 mai en élargisse les critères d’accès afin d’aller vers une “Garantie jeunes universelle” et prévoit des mesures dérogatoires de non-imposition et de ressources applicables aux bénéficiaires et la durée des parcours d’accompagnement. Ainsi, un jeune n’aura plus nécessairement besoin de se déclarer fiscalement autonome pour bénéficier de la Garantie jeunes.
Par ailleurs, la ministre a rappelé que l’Etat soutient plus que jamais les Missions locales avec un renforcement des crédits qui leur sont alloués de 140 millions d’euros, portant leur budget global à 495 millions d’euros.